Bonjour, je suis fibulanophobe.

Bonjoour!

Je suis fibulanophobe. Pour celles et ceux qui ne saurait pas de quoi il s’agit, vous risquez d’être surpris, voir même de ne pas forcément comprendre. Je ne pense pas que beaucoup de personnes soient atteints de cette phobie, du moins je n’en ai encore jamais rencontré mais, me direz-vous, on ne parle pas de ses phobies avec tout le monde. Bref, pour entrer doucement [mais surement] dans le contexte je vais vous raconter une histoire…

large-1.jpg

Il était une fois une petite fille. Cette dernière naquit sous un beau soleil de printemps parmi les fleurs et les papillons. Alors que tout semblait aller pour le mieux pour cet enfant, une mésaventure eut lieu alors qu’elle avait à peine un ou deux ans. Sa mère, la tenant dans ses bras, la griffa. Pas volontairement, loin de là. En réalité ce n’était pas vraiment de sa faute mais plutôt à cause de LUI. Lui c’est qui ? Le bouton qui ornait son pyjama, pardi !

Si, si, vous l’avez bien compris, derrière ce nom un peu bizarre qu’est la « fibulanophobie » se cache la phobie des boutons. [Quooi?] Oui, oui, vous avez bien entendu. Dans mon armoire, pas de chemises ni tout autre vêtement boutonneux  : je ne les supporte pas. Ma plus grande peur  : qu’il pleuve des boutons. Sachez qu’au delà d’être ridicule, cette phobie est très handicapante dans la vie de tous les jours aussi bien dans les rapports aux autres que dans le choix de mes vêtements en magasin ^^

Pour tout vous dire, l’histoire que je vous ai raconté est vraie et, croyez le ou non, je pense que ma phobie vient de là. Il est vrai que ce n’est pas une phobie commune et je conçois que cela soit dur à imaginer, voir même à croire. D’ailleurs, j’ai encore du mal à parler de véritable phobie car je sais me retenir quand je vois un bouton et ne pas me sauver en courant [et heureusement sinon ma vie serait un enfer :’)]. Cependant j’essaie au mieux de ne pas trop les côtoyer, ni les approcher, encore moins les toucher !

Alors là vous vous demandez : « Mais qu’est ce que ça fait exactement ? » Eh bien je vais tenter de vous expliquer. Les boutons me font peur, si j’en touche un j’ai immédiatement besoin de me laver les mains et si je ne peux pas sur le moment, je ne me sens pas bien. Ainsi vous comprendrez que les cours de physique au collège étaient une horreur [blouse avec boutons, beurk!] et que je n’aurais pas aimé jouer dans « La Guerre des Boutons ». Après il y a plusieurs degrés de peur. Ainsi certains boutons sont « acceptables » [mais je ne vais pas les toucher pour autant] alors que d’autres sont scandalisant ! Voyez vous ces gros boutons bien moches avec quatre trous au centre, en plastique qui plus est ? Beurk! Transparent ? Pire!

Cependant au delà d’être une phobie vraiment spéciale, elle est réellement handicapante comme je vous le disais un peu plus tôt. En effet, que faire quand quelqu’un vous demande de lui remettre sa capuche comportant des boutons ? Que faire lorsque quelqu’un portant une chemise veut vous faire un câlin ? De plus, alors que j’aimerais pouvoir porter des chemises je ne peux pas. Aussi ma garde robe s’en voit fortement réduite en partie à cause de cela.

Clôturons avec le pire ! Il s’agit des coussins qui ont un bouton pile au centre. Mais quel intérêt les gars ? Quel intérêt je vous le demande !?

[Psst : il y a un article très bien fait dédié à ce sujet disponible juste ici si vous voulez en savoir plus.]

Bref, cet article se termine ici. [Euh, vous vous attendiez quand même pas à ce que je vous mette des images de boutons ? :o] Si vous aussi vous avez des phobies [spéciales ou non], n’hésitez pas à les communiquer en commentaires et à partager vos inquiétudes!

Bisous & Amitié,
Flora.

Pour continuer ta lecture

21 commentaires

  1. Bonjour.

    Je viens d’apprendre un tas de trucs ce soir 🙂 Certains me rassurent, d’autres un peu moins…

    Mon fils de 5 ans est donc fibulanophobe…

    Cela à commencé vers ses 2-3 ans…tout d’abord il ne voulait plus porter de chemises avec des boutons…(si je voulais lui en mettre une, c’était pleurs et cris)…puis la liste des vêtements interdits s’est élargie avec les polos, gilets…
    Jusqu’à présent c’était plus ou moins gérable : on évitait les boutons…
    Sauf que, à la veille de ses 5 ans, il ne supporte plus les boutons sur les autres ! Il m’a expliqué qu’il n’aimait pas la petite croix que faisait le fil sur le bouton…Il ne reste pas à côté de quelqu’un qui porte des boutons…quelques exemples:

    -L’autre jour mon père (son polo et ses boutons ) est venu manger à la maison…Mon fils n’a pas voulu lui dire bonjour et quand il a mis la table, il nous a installé lui et moi d’un côté et mon père à l’autre bout…

    -Chez le médecin dans la salle d’attente : mon fils était près de la table où son posées toutes les revues…un nouveau patient rentre dans la salle d’attente…il avait une belle chemise avec plein de boutons…mon fils l’a dévisagé et s’est mis à reculer sans le quitter des yeux.

    -il n’a pas voulu poser avec moi sur une photo car j’avais des boutons sur mon gilet…

    Il verbalise très bien en disant clairement aux gens  » je ne te parle pas car tu as des boutons « .

    J’ai l’impression que sa phobie devient de plus en plus importante et j’ai un peu peur de l’évolution…
    C’est un petit garçon intelligent et angoissé. Nous avons consulté pédo psy et fait des séances de microkiné mais à l’époque nous n’avions pas abordé cette peur des boutons ( qui s’est amplifiée depuis quelques semaines ).
    Je vais en parler avec mon médecin traitant pour commencer mais si en attendant vous avez des conseils, je suis preneuse 🙂

    Merci !

    A bientôt !!!

    1. Merci beaucoup pour ce témoignage, en effet, sa phobie devient compliquée à gérer… avez vous pensé à un hypnotiseur ? Il paraît que ça fonctionne bien pour les phobies, après je ne connais encore personne qui ai tester mais à ce stade et avec une phobie pareille, il est bon de tester je pense.. ☺️

      1. Bonjour,
        Le mien a moins peur au contraire même s’il refuse de porter des vêtements qui en possèdent.
        Je lui demande souvent de dessiner des boutons, j’ai acheté des boutons pour des activités ludiques et surtout nous en parlons. Lors de son inscription au CP, j’en glisse un mot à la directrice et je la vois marquer un arrêt car elle venait de comprendre que son fils avait probablement la même phobie ; jusque là elle pensait qu’il refusait les chemises parce qu’elles appartenaient à son grand frère et dans la classe grande section de mon fils, j’apprends qu’une camarade en a une peur terrible ( en effet certains éprouvent du dégout et d’autres de la peur) et j’ai du rassurer la maman qui la prenait pour une folle. Je remarque que ce sont des enfants très angoissés ou anxieux, souvent allaités très tard. J’ai envie d’essayer une thérapie qui a pour but d’apaiser les angoisses ou traumatismes, l’EMDR (eye movement desensitization and reprocessing), c’est une technique basée sur le mouvement des yeux et qui traitent efficacement le stress post traumatique. Je lui explique aussi ce qu’est une phobie, cette peur irraisonnée de quelque chose car il faut savoir que la honte les occupe aussi à ce sujet, une part en eux sait bien qu’il n’est pas naturel d’avoir peur des boutons…

  2. Surprenante cette phobie! Je ne savais pas que ça existait. Je ne juge pas j’ai une peur panique des orques. On peut même qualifier ça de phobie. Dès que j’en vois un à la télé j’angoisse, vraiment. Je n’ai jamais compris d’où ça venait ! En tous cas si tu arrives à vivre avec au quotidien c’est le principal 🙂

    1. Ahah, je suis totalement d’accord, moi même j’ai du mal à parler de phobie quand je l’évoque, ça paraît tellement stupide ?☺️
      Des orques ? Eh bien tu as tout de même de la chance, on n’en croise pas à tout les coins de rues ?
      Merci pour ton commentaire en tout cas!

  3. Bonjour,
    Je souhaiterais apporter également mon témoignage concernant cette phobie des boutons.
    mon troisième enfant est âgé de 5 ans et est atteint de cette phobie. Je l’ai allaité jusqu’à l’âge de 2 ans et à chaque tétée, lorsque je portais des vêtements colorés ou avec des boutons il y portait une attention particulière (lorsque le vêtement était neutre, il fixait son attention sur moi) . Un jour, j’ai voulu lui faire porter une chemise pour la première fois, il avait un an et j’ai du presque me battre pour la lui mettre ; il hurlait, se débattait et je ne voulais pas céder sous prétexte qu’il n’avait pas à choisir la façon de s’habiller à son âge. Je n’expliquais pas sa réaction car à cet âge les bébés ne manifestent pas de goût en particulier sur un dress code. Par la suite, j’ai évité les chemises, mais il a réitéré son désaccord cette fois avec un pull dont les boutons étaient juste un élément de déco sur les épaules, et je l’ai vu essayer d’arracher les boutons avec une colère très prononcée.J’ai retiré les boutons et il s’est calmé tout de suite. J’ai donc compris très tôt qu’il avait un problème avec ça et j’ai fait le lien avec la chemise un an plus tôt. seulement je n’étais pas sure car tous les boutons n’étaient pas incriminés, c’est à dire que les boutons sans trou et à pression ne lui posaient pas de problème. j’ai longuement cherché à comprendre pourquoi il avait tant horreur des boutons, était ce à cause d’un film d’animation « Coraline », le film « la guerre des boutons » ? Non j’étais certaine qu’il ne les avait pas visionnés. La raison venait surement de ses tous débuts de vie et pendant les têtées. A mon avis les boutons avec trou devaient figurer pour lui des visages et l’un d’entre eux a du lui faire peur… c’est une hypothèse bien sûr. Lorsqu’une amie m’a dit que son frère âgé de 40 ans avait la même phobie, j’ai pensé au syndrome phobique. malheureusement si les faits remontent à sa plus jeune enfance, il ne pourra évidemment jamais le verbaliser mais je reste persuadée de cette piste. Pour l’aider à surmonter cette peur, je lui ai acheté des boutons qu’il utilise comme des gommettes et sans pour autant accepter de porter des vêtements qui en contiennent , il a moins appréhension lorsqu’il en voit.

    1. Merci beaucoup pour ce témoignage très intéressant! C’est bien d’avoir l’avis d’une personne extérieure qui a vu cette phobie sur son enfant et qui s’en rappelle étant donné que de mon côté je n’ai que mon point de vue …
      J’espère que ce témoignage pourra en aider d’autres à comprendre ☺️

  4. Ca je suis d’accord c’est vraiment pénible d’avoir des phobies peu communes. Tout le monde te comprends si tu dis j’ai peur des araignées, mais peur des boutons cela doit être difficile à expliquer! Pour moi c’est les escargots (et dire que c’est un plat national!) , les alarmes (imagine les entrainements incendie, je devient toute blanche et tremblotante et les gens se moque de moi) les avions, le vertige… En fait je suis un peu une grosse trouillarde xD

  5. Coucou ! Mince ce doit être super handicapant ! (en plus d’être imprononçable). Comment fais tu pour les pantalons ?
    Moi je suis obsédée par la saleté des autres. J’ai horreur de toucher des pièces de monnaie, des poignées de porte, les boutons du terminal de paiement, les sièges de métro… Enfin tout ce que pleins de gens ont touchés. C’est handicapant aussi car j’utilise très souvent du gel hydro alcoolique. Et aussi je déteste qu’on mélange le propre et le sale. Quand quelqu’un pose son sac sur mon canapé ou mon bureau j’ai envie de les buter… Ce sac a été posé dans les toilettes publiques, dans le métro, dans la rue bordel… Je veux pas de tout ça sur mon bureau !!! Ça m’empêche d’inviter des gens chez moi car je serais obligée de tout désinfecter derrière eux….
    Bise, Poppy

    1. Ahah en effet, plutôt handicapant mais on s’y fais et j’apprends à contrôler tout ça ? Pour les pantalons, les boutons ne me dérangent pas. (oui c’est une phobie assez ciblée ^^)
      Ah oui, ta phobie doit être plutôt handicapante elle aussi! ?

  6. Bonjour !
    Oui nous sommes tout un groupe sur Facebook ! Venez ☺️ ! Il y a même un groupe espagnol avec plus de 400 membres qui s’appelle koumpounofobia.
    On se comprend mieux entre nous !
    Mais saviez vous que Steve jobs était fibulanophobe ? ?
    A bientôt sur Facebook !

  7. Bonjour
    Mon fils de 5ans est atteint de cette phobie depuis ses 18 mois, due à unr morsure d’un autre enfant. J’ai acceptè ses angoisses n’ayant pas pu empecher la morsure. Il tolere parfois les pressions, un petit espoir.
    Merci pour ces temoignages, je me sens moins seule.

  8. J’ai appris depuis peu le nom de cette phobie dont ma petite fille de 6 ans souffre depuis l’âge de 3 ans. Au vu de ses réactions démesurées avec les vêtements à boutons, je lui ai demandé ce que ça provoquait chez elle « les boutons me donnent envie de vomir  »
    Depuis elle est une  » fashion victime  » mais sans boutons 🙂

    1. Aha ? Si je peux me permettre de rajouter un conseil, je pense qu’il est important de prendre en compte sa phobie, de l’accepter et la considérer comme tel, ce que vous avez l’air de faire, en l’occurrence. Personnellement mes parents ne la comprennent pas forcément, il est vrai que je ne leur en ai pas parlé clairement dès le début et puis il faut avouer que c’est une peur assez particulière et peu commune alors je ne leur en veux pas et j’ai appris à la tourner en auto dérision mais disons que c’est toujours mieux quand vos proches prennent cela au sérieux et non comme une « tendance ». Après je conçois qu’il soit difficile de comprendre mais la vie sans boutons c’est possible :’) On ne veut pas des boutons d’acnés alors pourquoi vouloir des boutons de chemises ? Chacun fait comme il veut après tout ?

Écris moi un petit mot 💕